Une vie dans des pages

mardi 26 janvier 2016

"L'insigne du boiteux" Thierry Berlanda (La Bourdonnaye)

 
 


 Un véritable page-turner impossible à lâcher ! Un seul regret... Quelques pages supplémentaires n'auraient pas gêné la lectrice allergique aux longueurs que je suis ! Eh oui, quand c'est bon on en redemande...
 
Un livre comme je les aime...
 
De par son histoire mais également son rythme...
 
L'histoire d'abord. Les meurtres sont bien sordides et engendrent une belle intrigue. Thierry Berlanda n'hésite pas à tuer (au sens littéraire du terme évidemment) des mères de famille de façon atroce sous les yeux de leurs jeunes garçons. La base même d'un thriller horrible (pléonasme ?) est posée ! Et pourtant aucune scène n'est difficile à appréhender (malgré l'horreur des crimes), aucune description macabre et inutile n'est faite. L'auteur laisse libre court à l'imagination de ses lecteurs et ne le met jamais mal à l'aise face à du gore pour du gore, chose que j'apprécie de plus en plus. J'avoue en avoir un peu marre des descriptions trop sordides, je préfère donc quand on se situe plus dans la suggestion et c'est bel et bien la cas ici ! D'autant que le sujet est délicat dans la mesure où des enfants sont mis en scène. Il eut été facile de tomber dans le sensationnel et l'auteur a su éviter ce travers.
 
Le rythme à présent. On est en présence d'un livre relativement court (environ 250 pages) donc ça "pulse sévère dans les chaumières" ! Aucun temps mort n'est à déplorer, mais aucune absence de détail non plus... Tout y est pour donner un rythme effréné à ce roman. Il en devient donc impossible à lâcher une fois commencé ! J'aurais aimé quelques pages supplémentaires certes parce que c'est bon, mais finalement je me demande si elles auraient apporté un plus à l'histoire et j'en doute. Rien n'ayant été oublié ! Le rythme est là et le suspense va crescendo jusqu'aux toutes dernières pages, que demander de plus ?
 
Des personnages que l'on aimerait retrouver...
 
Ils sont forts les personnages de Thierry Berlanda ! Pas au sens littéral du terme (parce qu'ils sont parfois un peu "nullos" les flics ! Ce qui est ici assez sympathique...), mais plutôt au sens psychologique du terme. Malgré le "petit" nombre de pages, ils sont assez fouillés et attachants (ou pas, c'est selon). A tel point qu'il serait, à mon goût, assez bien venu de les retrouver dans un nouvel opus. Je ne vous dirais évidemment pas lesquels afin de ne pas gâcher votre lecture ou, pire, de risquer de spoiler la fin du roman !

Je peux cependant dire sans danger que chaque personnage a son histoire qu'il est intéressant de connaître. On part de l'assassin et de ses origines (la naissance d'un véritable monstre sanguinaire), en passant par le flic à la veille de la retraite (c'est à lui que j'attribue, entre autres flics, le terme de "un peu nullos" mais attachant) et l'héroïne en tout point ressemblante au profil idéal des victimes (tremblez mamans d'un petit garçon de 7 ans !). Un vrai régal que cette brochette de personnages ! D'autant que Jeanne, l'héroïne incontestable du roman, semble manipulée de part et d'autre mais par qui ? Et surtout pourquoi ?

Petite mention spéciale (et détail non  négligeable): le style !

Je parle rarement de l'écriture d'un auteur mais je tiens à le souligner ici car je l'ai trouvé fort agréable à lire ! On sent chez Thierry Berlanda une certaine aisance avec le maniement de la langue française. Il se promène aisément entre l'argot de certains de ses personnages et un style beaucoup plus recherché, plus érudit, qui font que ce roman est également un petit plaisir littéraire !

A lire assurément !

Pour les fondus de thrillers comme moi, je ne peux que vous recommander ce livre qui vient de me procurer un réel plaisir de lecture ! Suspense sans faille, roman coup de poing, rythme hyperactif, que du bon sur toute la ligne ! Le Prince ne pourra que vous faire frémir d'effroi et de plaisir mélangés...

Thierry Berlanda est un auteur que je ne connaissais pas et que j'ai envie de suivre sur le chemin des thrillers s'il a la bonne idée d'en "commettre" un autre !

 




Éditeur: La Bourdonnaye (janvier 2016 deuxième édition)
276 pages
16€


4ème de couv'

Un assassin, qui se fait appeler le Prince, exécute des mères de famille sous les yeux horrifiés de leur fils de 7 ans. Opérant à l’arme blanche avec une rare sauvagerie, le meurtrier taille ses victimes en lanières. Telle est la punition qu’il inflige. Mais qui punit-il ? Et de quoi ?
Pour répondre à ces deux questions fondamentales, le commandant Falier s’adjoint les services du professeur Bareuil, spécialiste des crimes rituels, « retraité » de la Sorbonne, et de Jeanne Lumet, qui fut sa plus brillante élève. Or la jeune femme est mère d’un petit garçon de 7 ans. Détail qui n’échappera sans doute pas au Prince...
Dès les premières pages, l’auteur nous plonge dans une descente vertigineuse au fin fond de la folie meurtrière. Certaines figures cauchemardesques prennent vie dans notre réel. Le Prince est de celles-là. Gageons que cette créature qui se nourrit de nos peurs hantera longtemps nos mémoires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour échanger quoi de mieux que de commenter ? Alors à vous de jouer ;)